Interview : The Amsterdam Red-Light District

The Amsterdam Red-Light District est de ces groupes qui font la fierté de la scène punk/rock française. Le quatuor se forme en 2005, et sort son premier album, Dear Diary, en février 2010 sur Red Light Records. Suit une tournée de 6 mois, pendant lesquels le groupe explore pas moins de 9 pays tels que la Suède, la Norvège, le Danemark, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, etc.
En 2011, TARLD publie un nouvel EP de 4 titres, intitulé I’m Not Insane. Deux ans plus tard, le groupe débute l’écriture de son second opus tout en entamant une cinquième tournée européenne comportant des dates sur d’importants festivals : le Resurrection Festival en Espagne, le Tells Bells Festival en Allemagne et le Sylak Festival en France.
Gone For A While sort le 26 novembre 2014 et se trouve être soutenu à l’échelle internationale : Kerrang! attribue la note de « KKKK » au disque, Rock Sound confère un 7/10, et les sites musicaux ne cessent de louer le fabuleux travail du groupe.
Cette année, TARLD fête ses 10 ans d’existence, et il y a fort à parier que le groupe parviendra à nous surprendre bien d’autres fois.

the amsterdam red-light district groupe

Comment vous êtes-vous rencontrés et comment l’idée de former un groupe vous est-elle venue ?
Greg et Maxxx étaient dans la même université. L’un des meilleurs potes de Greg étant Chan (le batteur), on a commencé à jouer ensemble assez rapidement.  C’était cool, la mayonnaise a rapidement prise. Puis on a eu différents chanteurs jusqu’à l’intégration d’Elio en 2008.

Pourquoi avoir choisi le nom de The Amsterdam Red-Light District pour votre groupe ?
Après un road trip de Maxxx, qui était avec des potes à travers l’Europe du Nord, ils ont décidé de visiter le fameux quartier rouge. Des vitrines avec des filles, des dealers de crack, coke, LSD, des gosses de 7 ans qui se baladent, le tout à coté de flics qui font des rondes. Tout cela est normal à Amsterdam. Surprenante, cette ville est un peu à l’image d’un monde parfois sans limite. Un nom assez bien pour faire résonner un groupe de rock.

Comment vous définiriez-vous par rapport aux autres groupes ?
Beaucoup d’influences… Refused, Letlive viennent vraiment nous « fédérer ». Cependant, le groupe a vraiment le cul entre plusieurs chaises… À mi-chemin entre le punk rock, le hardcore et le metal. TARLD est par ailleurs avant tout un groupe « live ».

Quels sont les événements les plus marquants de la vie du groupe ?
Ils sont nombreux… Toutes les tournées à travers l’Europe ont été très enrichissantes. Le fait d’avoir remporté le tremplin du Groezrock en 2012 a été assez fou aussi… Tous les festivals d’été en Allemagne, France, Belgique ou en Espagne… Le plus fou aura sûrement été de jouer après The Casualties à 20h30 devant plusieurs milliers de personnes au Resurrection Festival. Incroyable rêve de gosse.

Selon vos influences, avez-vous une manière spéciale d’écrire et composer vos chansons ?
Pour la musique, Maxxx écrit les parties et les arrangements sont faits avec Chan et Greg. Elio écrit toutes les paroles. Musicalement, cela dépend de l’humeur du moment sans doute. Il n’y a pas forcément de coté joyeux dans TARLD, sans doute parce que Maxxx est fan de Cure haha. Elio va être influencé par la vie de tous les jours. Il tient un petit carnet dans laquelle il note plein de choses de son vécu… Sa « bible » en quelque sorte.

Vous avez sorti votre premier album, Dear Diary, en 2009. D’ailleurs, vous recevez un guest de marque sur ce disque, James Isaiah Munoz (The Bled). Comment s’est passée votre rencontre avec le musicien ?
Rencontre uniquement virtuelle !  Maxxx était en contact avec lui depuis un moment et avait sympatisé. Naturellement, il lui a proposé de poser sa voix sur l’outro qui englobe tout le concept de l’album. Une belle conclusion pour un premier album.

Vous êtes partis en tournée pendant six mois, pendant lesquels vous avez voyagé à travers l’Europe et le Royaume-Uni. Aujourd’hui, quels sont vos meilleurs souvenirs lorsque vous repensez à cette époque ?
En tous cas, pas la bouffe ! haha. Les gens réceptifs, forcément ! Toujours de nouvelles rencontres, passionnantes ! Les fous rires dans le van également… L’aventure humaine quoi.

gone for a while album the amsterdam red-light district

Gone For A While est sorti en novembre dernier. D’ailleurs, vous avez  remporté un franc succès lors de la release party à Lyon, le 4 novembre dernier ! Comment avez-vous vécu cette soirée, que ce soit avec les membres d’Above The North, ou entre vous ?
Une soirée pleine de pluie… La salle du Ninkasi est bien cool pour ce genre d’événement. Les morceaux étaient encore un peu en rodage live à cette époque, mais ce fût un chouette moment. Le point final de la conception de l’album, mais avec un retour à la ligne qui évoque un nouveau départ vers de nombreuses dates à venir pour assurer la promotion du CD. On est très contents de tout ça.

Comment s’est déroulé l’écriture, la composition et l’enregistrement de Gone For a While ?
Un processus d’écriture classique. L’album a été composé sur la durée entre les différentes tournées. Nous dirons que Gone For A While a été composé en 2 ou 3 ans. Nous souhaitions vraiment prendre notre temps. On avait conscience que le groupe allait tourner une page musicalement avec ce qui s’était fait au préalable. On avait envie de prendre un très léger virage. C’est un peu cliché, mais quand on parle d’album de la maturité, maintenant, on comprend mieux. Le mot est terriblement juste. On a trouvé un vrai TARLD, un « parfait »  compromis de ce que tout le groupe souhaitait.

Avez-vous une ou plusieurs anecdotes de studio et/ou de tournée à me raconter ?
Anecdote de studio… Pas vraiment. À part qu’il a été enregistré live, sur bande. Comme les ancêtres ! On a vraiment adoré !

Anecdote de tournée… mmmh… Jouer au nord de l’Angleterre, et le lendemain à Lyon en faisant toute la route en van. Ça vaut des points ? Pas très croustillant mais bon.

Avez-vous une ou plusieurs exclu(s) à dévoiler ?
Ce n’est plus vraiment une exclu, mais on jouera en Espagne et au Portugal en février-mars, puis viendront des dates françaises, notamment à La Maroquinerie avec le groupe montant de la scène UK :  Marmozets.

marmozets the amsterdam red-light district la maroquinerie paris concert

Que pensez-vous de l’industrie musicale d’aujourd’hui ?
Elle n’est pas vraiment viable dans notre style. Heureusement qu’on fait ça pour se marrer. Je pense que beaucoup de groupes pensent pouvoir en vivre et se sacrifient pour un « Graal » très difficilement atteignable. Les ventes de disques ne sont plus au RDV, seuls les groupes « phénomènes » prêts à tourner toute l’année sortent finalement du lot.

Si vous aviez le pouvoir d’y changer quelque chose, le feriez-vous ? Si oui, quoi ?
Non… Prends la vie comme elle vient.

Y a-t-il un artiste et/ou un album qui ait changé votre vie ?
The Shape Of Punk To Come de Refused est l’incontournable de TARLD.

the shape of punk to come refused album► Ecouter The Shape of Punk to Come

Avez-vous déjà ressenti quelque chose de fort durant un concert ?
L’intensité de Refused au Groezrock en 2012 était incroyable. Tout était orchestré et mis en scène pour mettre la baffe du siècle.

Voir une salle pleine pour une sortie d’album ou d’EP est toujours un sentiment assez incroyable.

Quel(s) artiste(s) voudriez-vous voir en live ?
Raised Fist, Letlive., Marmozets… Ça tombe pas mal, on devrait se croiser tout bientôt !

Si vous pouviez collaborer avec un seul artiste, dans toute votre carrière, qui choisiriez- vous ?
Alors tous les membres seront OK pour dire Dave Grohl.

Le meilleur album de votre collection ? Le pire ?
Le meilleur : Refused – The Shape Of Punk To Come.

Le pire…. Dance Machine Volume 1, mais si ca se trouve il vaut du pognon maintenant.

Votre achat d’album le plus récent ? Le plus vieux ?
Raised Fist – From The North.

Votre top 5 de titres du moment ?
Raised FistFlow

Against MeFuck my life 666
Johnny CashRing Of Fire
The BronxThe Unholy Hand
LetliveThat Fear Fever

Quels sont vos récents coups de coeur musicaux ?
Marmozets est sans doute la grosse valeur montante. On est super contents de jouer avec eux à La Maroquinerie en mars.

What’s next ?
On va partir en tournée en Espagne, Portugal en fevrier-mars. Puis certainement une tournée française. Pas mal de choses sur le feu, mais on ne va pas en parler, ça porte malheur ! Quelques festivals d’été aussi… À voir.

the amsterdam red-light district live emilie garcinCrédit photo : Emilie Garcin

– ENGLISH VERSION –

The Amsterdam Red-Light District is one of those bands which makes France feels proud about its punk rock scene. The quartet constitutes in 2005 and releases its first record Dear Diary in Feb, 2010 on Red Light Records. Following a 6-month tour during which the band has been able to visit 9 countries as Sweden, Norway, Denmark, Netherlands, Germany, Belgium, UK, etc.
In 2011, TARLD released a new 4-titles EP called I’m Not Insane. Two years later, they start writing their second album while going on their fifth European tour with important dates on festivals as Resurrection Festival in Spain, Tells Bells Festival in Germany and the Sylak Festival in France.
Gone For A While is released on November, the 26th 2014 and finds out to be fully supported on an international scale : Kerrang! gives a « KKKK » note, Rock Sound gives a 7/10, and musical websites keep praising the band for their amazing job.
This year will see the band celebrates their ten years of existence and we bet they will surprise us !

How did you guys meet and how the idea to start a band came to your mind ?
Greg
and Maxxx were studying in the same college. One of Greg’s best friend being Chan (the drummer), we started playing together quickly. That was cool, everything went OK pretty swift. Then we got different singers until Elio joined us in 2008.

Why did you choose « The Amsterdam Red-Light District » name for your band ?
After a road trip Maxxx and some friends of his did across Northern Europe, they decided to visit the famous red district. Shop windows with chicks, crack dealers, cocaine, LSD, 7 year old kids in the streets, everything near some cops walking their beats. All of this is OK in Amsterdam. This town in surprising and reflects our world which is sometimes limitless. A pretty good name to make a rock band resonate.

How would you define your uniqueness among other bands ?
A lot of influences… Refused, Letlive. federate us all. Though, the band sits on the fence… Caught between punk rock, hardcore and metal music. By the way, TARLD is a band made for live.

What have been the most important events since the band started ?
There are plenty of them… Every tour across Europe has been rewarding. The fact that we won Groezrock springboard in 2012 was crazy too… All summer festivals in Germany, France, Belgium or Spain… The craziest one was playing after The Casualties at 8:30pm in front of thousands of people during Resurrection Festival. Amazing childhood dream !

According to your influences, do you have some special way to write and compose your songs ?
Concerning the music, Maxxx writes the musical parts and arrangements are made with Chan and Greg. Elio writes all the lyrics. Musically, it depends on the current mood. There’s not necessarily an optimistic side in TARLD, maybe because Maxxx is a Cure’s fan haha !

Elio is influenced by daily life. He keeps a notebook updated in which he writes things he goes through… His « bible » in some sort of way.

Dear Diary was released in 2009. By the way, you got quite a cool guest on that record, James Isaiah Munoz (The Bled). How did the meeting goes with the musician ?
Only virtual meeting ! Maxxx was in touch since a while and got on well with him. He simply proposed to collaborate on the outro that embraces all the album concept. A great conclusion for a first record !

You guys were on tour for six months, which allows you to travel across Europe and UK. What are your best memories when you think back about this time ?
In any case, not the food haha ! Receptive people, certainly. Always new meetings, passionate ones ! Giggles in the van too… A great human adventure !

Gone For A While was released in last November. It got quite a success during the release party in Lyon, on Nov the 4th. How did you guys anticipate this show with Above The North and between TARLD’s members ?
A rainy evening… The Ninkasi venue is pretty cool for that kind of events. Our tracks were still on trial but we had a good time. Final point of the album conception, but also a fresh start heading to new dates for promoting our record. We’re very happy about this.

How did Gone For A While’s writing, composition and recording sessions go ?
A classical processus. The record was composed during our time off between our different tours. We’ll say that Gone For A While has been written for 2 or 3 years. We really wanted to take our time. We were aware that the band was up to move forward after what we’ve done before. We wanted to turn the corner. It’s a cliché but when bands talk about « maturity album », now we get it. This word is accurate. We found the real TARLD’s sound, a perfect compromise of everyone wants for the band.

Do you have some little stories about your life in studio and/or on tour to tell me ?
In studio… Not really. Except that the record was recorded live, on music tapes. Just like our ancestors ! We really loved it !

Tour stories… Mmmh… Playing in Northern England, the day after in Lyon and travel all that way in our van. Do we score some points ? Not so saucy, but…

Do you have some exclusive stories to tell me ?
It’s not an exclusive stuff anymore, but we’ll play in Spain and Portugal in February-March, then more dates in France will come, like March, 10th in Paris, La Maroquinerie with Marmozets.

What do you think about today’s music industry ?
It’s not very viable in our kind of music. Fortunately, we do this just for fun. I think that a lot of bands think they can make it and sacrifice themselves for something so hard to get. Records sells only work for very successful bands ready to tour all year long.

If you had the power to change anything about it, would you ? If yes, what ?
No… Take life as it comes !

Is there an artist and/or a record that changed your lives ?
Refused’s The Shape Of Punk To Come is one of TARLD’s unavoidable.

Have you ever felt something emotionally strong during a show ?
Intensity of Refused’s show at Groezrock 2012 was amazing. Everything was calculated and staged to put you the slap of the century !

To see a full venue for an album release is always a wonderful feeling.

Which artist(s) would you like to see live ?
Raised Fist, Letlive., Marmozets… That’s good, we should meet very soon !

If you could collaborate with only one artist in your whole career, who would you choose ?
Every member agrees on Dave Grohl.

The best record in your collection ? The worst one ?
The best : Refused – The Shape Of Punk To Come.

The worst : Dance Machine Volume 1, but it might cost a lof of money now !

The last record you bought ? Your oldest one ?
Raised Fist – From The North.

from the north raised fist album► Ecouter From The North

Your top 5 titles at the moment ?
Raised Fist – Flow

Against Me – Fuck my life 666
Johnny Cash – Ring Of Fire
The Bronx – The Unholy Hand
Letlive – That Fear Fever

What are your recent favorites music stuff ?
Marmozets is without any doubt a big rising band. We’re glad to play with them at La Maroquinerie (Paris) in March.

What’s next ?
We’re going on tour in Spain, Portugal in February or March. Then maybe a French tour. A lot of things going on, but we won’t talk about it, that brings bad luck ! Some summer festivals too… Let’s wait and see.

the amsterdam red-light district

facebook twitter-rond-copy youtube INTERNET logo one standing

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s