Interview : Tahoe

Tahoe est un quintette parisien évoluant dans un style post-hardcore. Influencé par de vastes genres musicaux tels que l’electro, la pop, mais aussi le rock, le groupe dévoile en février dernier un EP, Wonders, entre grosses guitares et rythmes joués au clavier. Le 6 juin dernier voyait le groupe envahir la scène du Backstage by the Mill, aux côtés de Circa Survive, Merge et From Indian Lakes. Interview.

10882247_651707128273493_8204440346533290413_n

D’où vient le nom « Tahoe » et pourquoi avoir choisi ce nom pour votre groupe ?
Pierre (synth/voix) :
Ça vient du lac Tahoe, en Californie (et pas de la voiture !). On cherchait un nom simple et facile à retenir, celui-ci est venu assez naturellement.
Maxime (basse) : On aime bien la sonorité (ça se prononce « tao »), ainsi que toute la symbolique qu’on peut y associer.

Quelles sont vos principales influences ?
Maxime : Nos influences varient fortement d’un membre à l’autre : ça va de Veil Of Maya à The Weeknd en passant par Emarosa, Sky Eats Airplane, Hands Like Houses… Y en a tellement !

Comment vous définiriez-vous par rapport aux autres groupes de post-hardcore français ?
Pierre : C’est jamais évident de se comparer aux groupes, surtout qu’on est encore tout jeunes. En tous cas, la scène post-hardcore française est très riche malgré le peu de formations qui revendiquent cette influence. Chaque groupe possède son approche et sa façon de faire.

Quels ont été les rencontres et les événements les plus importants de votre jeune carrière ?
Maxime : Il est encore un peu trop tôt pour donner une réponse vraiment pertinente, mais je pense qu’on sera tous d’accord pour dire que notre premier concert, en avril 2013, au Klub, a été assez magique pour nous. On arrivait de rien, avec aucun son et aucune visibilité, et on a eu de super retours de la part de Now, Voyager et de Violet pour qui on ouvrait ce jour-là. Ça a boosté notre motivation.

Généralement, de quoi vous inspirez-vous lorsque vous écrivez et composez vos chansons ?
Maxime : Ça dépend vraiment de chaque chanson.
Pierre : Les idées peuvent venir n’importe quand. En bossant son instrument chez soi ou dans la rue. On passe parfois pour des cons à enregistrer des lignes de voix ou des riffs sur nos téléphones !

tahoe wonders EP

Quelles ont été vos inspirations durant la création de Wonders ?
Pierre : Les morceaux de l’EP ont été composés à la même période. On a accumulé un tas de maquettes dans lesquelles on pouvait retrouver les influences de chacun. On a dû écrémer le tout pour avoir un ensemble cohérent. Les textes sont, quant à eux, généralement inspirés de nos vies personnelles. C’est Mickaël (le chanteur) qui a écrit les textes, on comprend pas toujours ce qu’il veut dire, mais on trouve ça beau (haha !).

Comment avez-vous appréhendé la sortie de votre EP ?
Maxime : Pas mal de stress ! On a cherché à faire quelque chose de personnel qui passe d’un style à l’autre, sans chercher à tout prix l’efficacité. Du coup, on appréhendait l’avis du public et des chroniqueurs, qui ne sont pas aussi conciliants que nos potes. Mais au final, les retours sont super. Il ne nous reste plus qu’à convaincre tout le monde en concert.

Y a-t-il des choses que vous feriez différemment ?
Pierre : On peut toujours améliorer des détails, mais le risque, c’est de dénaturer les morceaux et perdre en spontanéité. Je pense qu’on aura toujours cette hésitation, on ne saura jamais s’il faut continuer à améliorer les morceaux ou se lancer dans l’enregistrement. Si on avait accordé quelques mois de plus à l’EP, il aurait peut-être sonné complètement différemment.

Pourquoi avoir choisi « Wonders » en titre ?
Maxime : Le titre vient de notre chanteur, Mika. Il a proposé plusieurs mots forts issus des textes, et on a tous été d’accord sur celui-là. C’est un mot à la fois simple, mais plein de sens, de promesses et de mystères.

Que pensez-vous de l’industrie musicale d’aujourd’hui ?
Maxime : Il y a sûrement des milliers de choses à dire sur l’industrie de la musique (et de l’art) aujourd’hui. Des choses très différentes selon que l’on parle d’artistes professionnels ou semi-professionnels. La plupart du temps, les gens en parlent en mal… Ce qui est sûr, c’est que les choses ne sont plus les mêmes qu’avant.
L’industrie musicale aujourd’hui, à de rares exceptions près, favorise les gros et les très gros, c’est ce qui semble être l’opinion de presque tous. Mais à côté de ça, puisqu’elle repose très largement sur Internet et une large diffusion de contenus « gratuits », l’industrie musicale actuelle permet aux jeunes groupes qui se lancent d’acquérir un début de visibilité et de reconnaissance, de manière bien plus facile qu’avant.

Si vous aviez le pouvoir d’y changer quelque chose, le feriez-vous ? Si oui, quoi ?
Maxime : C’est sûr qu’on a tous des sensibilités différentes, des incompréhensions et des déceptions quand on voit la couverture médiatique d’un artiste, le succès d’un autre, les revenus d’un troisième… Et encore une fois, ça n’est pas propre à la musique. Ce que je ferais, si j’avais le pouvoir de le changer ? C’est dur à dire avec le peu de recul qu’on a.

Y a-t-il un ou plusieurs artiste(s) et/ou album(s) qui vous ai(en)t donné envie d’être musiciens ?
Pierre : Personnellement, c’est le compositeur des musiques de Final Fantasy (Nobuo Uematsu) qui m’a donné envie de composer quand j’étais encore en primaire.
Maxime : Pour ma part, c’est en voyant Mark Hoppus de Blink-182 sur scène que l’envie de monter mon premier groupe au collège est arrivée.

Avez-vous déjà ressenti quelque chose de fort durant un concert ?
Pierre : Malgré le peu de recul qu’on a sur les lives (on reste un très jeune groupe), je dirais que l’un des trucs assez forts et drôles à observer de l’intérieur est notre comportement sur scène, quand on connaît en temps normal la timidité excessive de certains d’entre nous.

Quel(s) artiste(s) voudriez-vous voir un jour en live ?
Maxime :  Gorillaz, sans hésitation.
Pierre : Elliot Coleman, dans le groupe qu’il voudra. J’adore sa voix. Il a eu un bref passage chez Sky Eats Airplane et TesseracT… Peut-être sur un nouveau projet avec Misha Mansoor ?

Quelles sont les villes dans lesquelles vous aimeriez jouer ?
Maxime : En France, on aimerait beaucoup aller jouer du côté de Lyon ou Lille, à court terme. D’un point de vue européen, l’Allemagne nous fait envie !
Pierre : C’est clair que faire le tour de l’Europe, ce serait déjà génial. On n’ose pas encore s’imaginer traverser l’océan avec tout notre bordel, mais ce serait une consécration de faire le Warped Tour et de visiter les autres continents.

En tant que groupe, quelles sont vos plus grandes aspirations ?
Maxime : J’aimerais être sur la route. Faire le tour du monde avec mon groupe, c’est une vie qui me fait particulièrement rêver.
Pierre : Moi, mon rêve le plus fou, c’est d’apparaître dans un épisode des Simpsons.

Si vous ne pouviez collaborer qu’avec un seul artiste, dans toute votre carrière, qui choisirez-vous ?
Maxime : Un seul artiste ? Du coup, ça sera nécessairement Tosin Abasi (connu et reconnu pour son travail sur la discographie d’Animal As Leaders) parce que ce mec est un putain de groupe à lui tout seul.

Le meilleur album de votre collection ? Le pire ? Votre plus vieil achat d’album ? Le plus récent ?
Pierre : Mon préféré, c’est du classique. Dutilleux : Concertos. Le pire, enfin celui que j’assume le moins, ça doit être un Kyo
Maxime : Mon meilleur, ou du moins le plus rare, c’est ma version collector de Take Off Your Pants and Jacket de Blink-182. Le pire, mais que j’assume pleinement, c’est l’album des Bratisla Boys (haha !). Mon plus vieil achat, c’est Americana de The Offspring, et enfin, le plus récent, c’est Hollow Bodies de Blessthefall.

hollow bodies blessthefall album► Ecouter Hollow Bodies

Les 5 morceaux que vous écoutez le plus en ce moment ?
Maxime : Chunk! No, Captain Chunk! – The Other Line
August Burns Red – The Wake
Coeur De Pirate – Oublie-moi
Periphery – Alpha
Prepared Like A Bride – Soul of the World

Pierre : Kendrick Lamar feat. Flying Lotus – Never Catch me
FKA Twigs – Hide
Jamie XX’s remix – Lions (Four Tet)
Rustie – Raptor
La 4ème sonate de Scriabine

Vos récents coups de coeur musicaux ?
Maxime : Le dernier album de Dance Gavin Dance et l’album de PVRIS.
Pierre : Moi, ça doit être le dernier album de Flying Lotus.

Si vous deviez vous définir en seulement quelques mots, quels seraient-ils ?
Maxime : Enthousiastes !
Pierre : Déterminés.

tahoe loveless mind the thorns behind the tales alesana paris batofar one heartbeat productions show live concert

Retrouvez la chronique de l’EP Wonders

icon_FB icon_Twitter icon_Youtube icon_Bandcamp icon_Chrome

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s