blood youth starve artwork rude records

Parlons peu, parlons bien, parlons punk rock ! S’il y a bien une difficulté dans ce genre, c’est la capacité à le rendre accessible, à incorporer des mélodies que les auditeurs retiendront. Peu d’artistes peuvent revendiquer ce savoir-faire. C’est en 2016 que je découvre ceux qui, selon moi, détiennent ce pouvoir. Ils viennent de Harrogate, en Angleterre, et se font appeler Blood Youth

Who is Blood Youth ?

Ce sont des anciens membres de Climates qui forment le groupe, accompagnés de l’ex-chanteur de Book Of Job. Ainsi, Chris Pritchard (guitariste), Kaya Tarsus (chanteur), Sam Hallett (batteur) et Matt Hollinson (bassiste) forment officiellement Blood Youth en 2014. 

Il faut savoir que les anglais ont des goûts très éclectiques. Chris a grandi en écoutant du nu-metal, notamment les premiers albums de Korn et Slipknot. Kaya, quant à lui, était plus branché hardcore et écoutait Converge, The Dillinger Escape Plan, Every Time I Die… Le batteur apporte une dissimilitude, et cite The 1975 et Funeral For A Friend comme groupes favoris, et le R&B comme style musical de prédilection.

Ils sortent deux EPs, Inside My Head (2015) et Closure (2016), défendus sur les scènes UK et européennes. Alors qu’ils soutiennent While She Sleeps à Lyon le 31 octobre 2016, cette période marque la finalisation de leur premier album. Effectivement, Beyond Repair sort en avril 2017 sur Rude Records

Making Waves

Pour rapidement le résumer, il dévoile une orientation très personnelle des membres, et notamment de Kaya. Le chanteur évoque d’ailleurs sa relation à l’alcool dans Making Waves, l’un des singles extraits de l’opus. 

À ce propos, il déclare : « Je vivais seul, déprimé, et sans aucune distraction. Je pensais à tout ce que je traversais. Je pensais aller mieux en sortant tous les soirs, parfois seul, pour me distraire seulement quelques heures. Le lendemain, je me réveillais dans un état pire que la veille. Making Waves est la première chanson que j’ai écrite et elle a déterminé le thème courant dans tout l’album. »

Musicalement, il alterne post-hardcore et punk pop, mêlés à du hardcore punk. Considéré comme le style de base de Blood Youth, il prolonge ce spectre mélodique et les fait se démarquer de leurs pairs. Il paraît compliqué, au premier abord, de se rendre compte de cette subtilité, mais c’est si brillamment exécuté ! Ajoutez à cela la succession du scream et du chant clair, le tout surmonté d’une production bien ficelée… Vous obtenez Beyond Repair, qui assure le talent certain des anglais.

STARVE, le single 

Fin août 2018. Après plusieurs mois de silence, Blood Youth met en ligne STARVE. Sa sortie coïncide avec leur apparition au Reading & Leeds Festival et donne un avant-goût concret du deuxième album. Mais avant de plonger dans son analyse, voici celle du single qui témoigne du retour en force du groupe.

Kaya explique à son sujet : « La vie n’est pas toujours rose, tu peux vite te retrouver dans un bad mood. J’ai écrit les paroles de STARVE alors que je traversais une mauvaise passe. J’avais l’impression de vivre un cauchemar. C’est une chanson très intense et pleine d’émotions. On tenait à ce que cela ressorte dans le clip. On voulait que les gens se sentent mal à l’aise, comme s’ils regardaient un film d’horreur. »

La vidéo a été filmée à Harrogate par le réalisateur et ami du groupe, Adam ‘Spud’ Webb, qui a aussi illustré le documentaire From The Ground Up. « Adam nous connaît depuis longtemps et a très bien su reprendre nos idées. On est très contents du résultat ! »

La musique de Blood Youth s’oriente vers quelques changements. On retrouve cette recette qui a toujours fonctionné, mais avec des détails plus travaillés ça et là. Les arrangements sont plus poussés sur la voix de Kaya. Par moments, ce morceau me ferait presque penser à une chanson de Deez Nuts
Les influences de chacun des musiciens ont été explorées et leur ont servi de base pour créer les treize pistes de STARVE.

Chronique

{51/50} entame l’album avec des sonorités de synth hip hop. Difficile de ne pas capter la référence à (515) de Slipknot, intro de leur deuxième album Iowa. Le côté exclusivement instrumental détonne avec le titre éponyme qui vient ensuite et dont je parlais plus haut. 

Au fur et à mesure que l’écoute se déroule, on réalise que la bande a acquis en maturité et en expérience. Les racines, qui ont autrefois donné naissance aux deux EPs et à Beyond Repair, sont arrachées pour donner vie à une identité fortifiée et plus sombre. La nouvelle direction prise par les anglais est synonyme de brutalité et d’épanouissement. En témoignent ces riffs qui arracheraient les cheveux les plus gras d’un public de métalleux !

Comme sur leurs précédentes sorties, les paroles mentionnent des sujets lourds. L’anxiété est ainsi représentée dans Spineless à travers les vers : « […] I only know this anxiety » ou « […] Wide awake at night and I’m giving in ». Comme son nom l’indique, Hate suggère la colère et le regret : « I dug my own grave just to teach you a lesson ». Le personnage de Visitant semble ressentir des émotions contradictoires, entre obsession et dégoût. En plus de sa haine, il crie son désespoir : « How can I care ? Cos I’m upset, I’m upset, I’m obsessed, when you’re not there ? »

Un contraste flagrant nous ait offert avec Keep You Alive. Par rapport au reste de l’album, sa rythmique est beaucoup plus lente et la basse a un espace conséquent pour assoir sa puissance. Ce relief se développe même dans l’outro de The Answer, jouée au piano et probablement aux claviers.

Coup de coeur et bilan

Parmi mes coups de coeurs, je choisis Waste Away. J’ai déjà mentionné Deez Nuts, mais je pense qu’on se rapproche plus de Stray From The Path ici. Kaya y parle de dépression, entre scream sur les refrains et le pont, et voix claire sur les couplets. L’outro, d’une durée d’une minute, utilise des distorsions de guitares et établit ce côté dramatique lié au sujet. 

STARVE permet à Blood Youth de poser de nouvelles fondations et d’amorcer un tournant dans leur jeune carrière. Je ne m’attendais pas à être autant envoutée par un album de punk hardcore, au point de le jouer en boucle depuis plusieurs jours.

blood youth UK promo pic 2019

                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.