nonsense away from black days EP artworkNous sommes le vendredi 8 février, et comme chaque vendredi de chaque semaine, c’est jour des sorties !
Aujourd’hui, je vous parle du nouvel EP de Nonsense, intitulé Away From Black Days. Les lyonnais se produisent d’ailleurs ce soir au Jack Jack aux côtés de Buy Jupiter et Titans Fall Harder.

.

 

Nonsense ?

C’est le guitariste Sébastien Biola qui fonde Nonsense en 2012. Le groupe est rejoint par Simon Digonnet (batterie) et Romain Regal (basse), puis Olivier Sicaud (chant). Raphaël De Stefano (guitare) complète la formation qui s’attèle à la composition de son premier EP.

Quelques mois après avoir ouvert pour Textures en octobre 2014, Nonsense dévoile son premier EP : On Earth. Entre metal progressif technique, djent, thrash et autres influences, le quintette renouvelle ces courants musicaux. On y retrouve les empreintes des plus grands : Meshuggah, Periphery, Gojira, Devin Townsend 

On Earth retrace la dernière journée d’un homme sur Terre. Une solution pour maintenir l’humanité jaillit, et laisse ainsi une dernière chance à l’espèce humaine de coexister sereinement avec son environnement.


Chronique

Après un changement dans le lineup en 2017 et la composition d’un nouvel EP, Nonsense est prêt… Financé par un crowdfunding, Away From Black Days comporte un titre en featuring avec Joe Tal (Textures).  

À travers ces cinq titres, Nonsense raconte une nouvelle histoire, celle d’un personnage issu de notre société. Entre souffrance intérieure et constatation d’un certain chaos écologique et humain, nous visitons ses tourments. 

Le groupe puise dans la même recette que leur premier EP et y mêle la prog’ des années 70, tout en repoussant plus loin son identité musicale. Il joue avec tous ces codes, manipule l’intensité sonore, chante et hurle les angoisses et la culpabilité de l’homme occidental face aux désastre humain et écologique.

Les capacités vocales d’Olivier marquent cet aspect aérien, contrasté par l’agressivité des mélodies. Dès le premier morceau, Coma, nous plongeons dans un univers extraordinaire qui nous pousse à déchiffrer chaque morceau. J’ai dû écouter plusieurs fois cet EP avant d’en intégrer les rouages. Je ne dirai pas « tous » car je pense que l’on découvre de nouvelles choses, même quelques années plus tard.

The Urge illustre parfaitement mon propos, non seulement par le chant mais, encore une fois, par ses mélodies. Certains passages de guitares et de chant sont directement inspirées d’anciennes formations. Il en va de même pour Black Days, qui reprend cette formule.

Innate, morceau le plus long avec une durée de 7 minutes, est mon coup de coeur de cet EP. Comme scindé en deux parties, il incorpore acerbité et calme, ce qui permet à l’auditeur de marquer une pause dans son écoute. Jusqu’à la fin, libres sont nos pensées et notre imaginaire. 


Bilan

Sur ces cinq morceaux se heurtent une production moderne et une seconde « personnalité » presque archaïque. Ce qui rend ce groupe intéressant, c’est cette facilité à combiner les deux et à créer un nouveau concept sur chaque EP. Ainsi, chacun fait office d’un chapitre de leur histoire et nous permet d’entrer dans leur monde.

« Le projet Nonsense, c’est faire et défaire, retourner le sens des choses, pour révéler l’absurdité de notre société, à travers les yeux d’un personnage fictif. » 

RDV très bientôt pour une interview du groupe et le live report de la soirée. Un énorme merci au Jack Jack et à Sounds Like Hell Productions !

nonsense promo 2019 credit Denis OeuilletCredit photo : Denis Oeuillet


                  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *