Le 5 novembre dernier, La SAS Concerts organisait la venue de Royal Republic au CCO de Lyon. Accompagnés de Blackout Problems, les suédois ont joué à guichets fermés et offert une soirée mémorable ! Avec quelques jours de retard et mes plates excuses, voici le live report du concert.

Blackout Problems

C’est une surprise pour moi, et une très bonne ! Le groupe est originaire de Munich, en Allemagne, et évolue dans un style rock alternatif. Fort de deux albums, le quatuor s’auto-produit grâce à leur propre label, Munich Warehouse, en partenariat avec Cargo Records. KAOS, leur dernier opus, est sorti en juin 2018 et un nouveau single, Sorry, a vu le jour en mai dernier. Maintenant que vous en savez plus, passons au live !

Leur énergie et la communion entre eux et avec le public font que le set des allemands est fluide. Le chanteur s’essaie même au français entre les chansons pour partager sur leur actualité, le fait que ce soit leur première date lyonnaise… J’imagine à peine la sensation que cela doit être, de jouer devant une salle comble quand on ne connaît pas la ville. Pourtant, les quelques fans présents ont pu les rassurer sur ce point ! On attend d’ores et déjà Blackout Problems à Lyon !

Entre jumps avec souplesse du côté de Moritz, guitariste et choriste, et alternances entre clavier, guitare et micro pour Mario, la performance est d’une richesse folle. Pour ajouter à la proximité avec les spectateurs, déjà bien pressés contre le bord de scène, la batterie est placée à un mètre du premier rang. J’en ressens les vibrations, mêlées à la chaleur humaine et au bonheur d’assister à un tel show. Dans ces moments-là que je sais pourquoi j’aime autant les concerts. Ma banquière n’en dirait malheureusement pas autant, en témoigne cet achat compulsif des deux vinyles du groupe.

Royal Republic

Je n’avais que très peu écouté Club Majesty, quelques chansons par-ci, par-là. Bien après cet album, je redécouvre Royal Republic : un concentré de pur rock à tendance pop, d’humour et d’autodérision, de paillettes et de néons. Adam Grahn, le chanteur charismatique, nous sert ses plus beaux sourires au-dessus desquels trône une moustache old school. En fait, presque tout est vintage ce soir, à commencer par le style arboré par le quatuor : veste à sequins bleus, pantalon noir, noeud papillon sur chemise blanche impeccable… Autant dire que l’ensemble est à essorer dès les premières chansons.

Pourtant, pas un seul d’entre eux ne s’arrête. L’ambiance festive ne redescendra pas avant la fin, soit 2 bonnes heures après. La setlist est principalement composée de chansons de Club Majesty, certes, mais les suédois piochent dans leurs trois albums précédents. Voilà qui aura satisfait les fans de la première heure, ainsi que les nouveaux. D’ailleurs, le public comprend tous les âges et permet à tout le monde de passer un moment d’exception. Vraiment, quelle claque en live !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.