C’est sans doute l’une des premières fois où j’arrive autant en avance à un concert. Ce soir, je revois August Burns Red plus de trois ans après leur passage au CCO. Cette tournée fête les dix ans de Constellations (Solid State Records), leur troisième album. Le support est assuré par ERRA et Currents. J’avais vu Currents il y a presque deux ans, mais ERRA, jamais. C’est parti donc pour quelques surprises et peut-être des coups de coeur renouvelés !

Currents

Lorsque je les ai vu au Warmaudio en janvier 2018, Currents passait en première partie de Miss May I. Leur setlist était composée de titres de The Place I Feel Safest et le quintette avait marqué les esprits. Ce soir, je redécouvre une formation plus mûre et plus convaincante. Depuis la sortie de leur premier album sur SharpTone Records, les américains ont délivré l’EP I Let The Devil In.

En live, les compositions deviennent plus intenses et la cohésion du groupe on ne peut plus forte. Les morceaux s’enchaînent beaucoup trop vite en 30 minutes, ce qui me fait penser que j’adorerais les voir sur un set plus long. Leur énergie et la force dans la voix de Brian sont superbes, les guitaristes et bassiste Chris, Ryan et Dee s’amusent et se promènent sur scène. Mon coup de coeur se portera sur eux, et j’ai déjà hâte d’être à la prochaine fois !

ERRA

Ayant entendu beaucoup de bien d’ERRA de la part de plusieurs potes, je dois avouer que mes espérances étaient haut placées. Un peu trop, peut-être. Je n’ai pas ressenti de réelle affinité avec le groupe bien que j’aie adoré Neon (Sumerian Records), sorti l’année dernière. Il faudra que je me repasse cet album à l’occasion pour contrer le mauvais sort et tenter de trouver la raison pour laquelle je n’ai pas apprécié leur set plus que ça. Parfois, ça marche, je vous assure !

August Burns Red

Comme je le disais plus haut, il y a plus de trois ans que je n’avais pas vu August Burns Red. Ils étaient passés au CCO le jour de la fête de la musique, avec Norma Jean et Beartooth. Si à l’époque je n’avais pas été subjuguée par ABR, je dois dire que le retour a été brutal. Quelle gifle !

Comme je le disais plus haut, il y a plus de trois ans que je n’avais pas vu August Burns Red. Ils étaient passés au CCO le jour de la fête de la musique, avec Norma Jean et Beartooth. Si à l’époque je n’avais pas été subjuguée par ABR, je dois dire que le retour a été brutal. Quelle gifle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.