School’s Out Production a de nouveau investi le Rock’n’Eat ce 13 mars. Our Hollow, Our Home n’ont sans doute pas été dépaysés, ayant assuré la première partie d’Oceans Ate Alaska en mai dernier. Skywalker, quant à eux, avaient joué à La Marquise début septembre 2017 avec LANDMVRKS et Mirage.

InVisions

Originaire de York, UK, InVisions a joué un set composé de six chansons. Performance très courte donc, mais plutôt intéressante. Le seul défaut que j’aie pu trouver est que le chanteur chante par-dessus un sample vocal. J’ai été légèrement perturbée par ça, même si je sais que ces effets sont de plus en plus utilisés dans la musique metal. En tous cas, ils n’ont eu aucun mal à conquérir le public déjà nombreux et qui se presse de plus en plus contre la scène du Rock’n’Eat

Between You and Me, leur deuxième album, est sorti le 8 février dernier via Stay Sick Recordings. Depuis début mars, ils accompagnent Skywalker et Our Hollow, Our Home sur leur tournée UK/EU. Ils ouvriront pour Crystal Lake les 18 et 19 juin prochains à Manchester et Londres. Avant cela, ils passeront par l’Audio de Glasgow le 3 avril en première partie de Glamour Of The Kill, puis par le Hang Tight Festival de Blackpool, UK.

Skywalker

J’avais vraiment hâte de revoir Skywalker, car je garde un souvenir impérissable de leur concert à La Marquise en 2017. Véritable coup de coeur depuis cette soirée, il me tardait de les rencontrer, les interviewer et les revoir jouer. D’ailleurs, la vidéo de l’interview est en cours de montage…

Dès les premières notes, le quatuor révèle une énergie folle, ce qui pousse les gens à réellement apprécier le show. Comme l’explique Jay (chanteur), le groupe n’a pas été des plus actifs sur les réseaux, mais a travaillé sur du nouveau « matériel ». En exclusivité, nous avons le droit à une nouvelle chanson. De mon point de vue, on reste dans la veine de l’EP Sugar House, mais il me tarde d’écouter cela avec plus de recul et en version studio.

Je retrouve la même communion avec le public qu’il y a un an et demi, comme si elle n’avait fait que s’éveiller à ce moment précis. Humble, et avec des mots justes, percutants, Jay délivre un court speech sur la dépression et l’acceptation de l’autre, peu importe sa couleur de peau, sa race… Des choses que certaines, certains, devraient méditer lorsqu’on les entend parler du physique des autres de façon totalement gratuite et méchante seulement quelques minutes après. (Bref). Il raconte que la musique a sauvé sa vie alors qu’il était au plus bas et n’avait rien à quoi se raccrocher. « You are safe here », répète-t-il. Et c’est vrai qu’il est tellement réconfortant d’entendre autant de positif…

Après leur set, je n’ai aucun doute quant au fait que le groupe ait gagné quelques fans ! N’hésitez pas à les suivre sur leurs réseaux, quelque chose me dit que du nouveau arrive très bientôt…

Our Hollow, Our Home

Le 8 mai dernier, Our Hollow, Our Home chauffait cette même scène pour Oceans Ate Alaska. Je n’avais pas été totalement convaincue par leur jeu, trouvant qu’il manquait quelque chose pour me faire avoir un déclic. Ce soir a complètement changé mon opinion et l’a fait remonter en flèche. Est-ce le fait de les voir en tête d’affiche qui a contribué à changer la donne ? Est-ce que l’expérience acquise en l’espace de quelques mois permet d’améliorer autant sa performance ? Probablement !

Le groupe démarre avec l’intro //Denial de leur dernier album en date, In Moment // In Memory, sorti en octobre 2018. Je tiens tout d’abord à souligner l’excellente qualité de ce disque, ou plutôt devrais-je dire « concept album », axé sur le thème du deuil. Les principales étapes de ce genre d’événement composent une partie de l’album chacune et sont stylisées par deux « // ».

Chauffés à bloc après les shows d’InVisions et Skywalker, les fans « moshent » et créent des « circle pits ». D’autres prennent parfois le micro pour « screamer » à la place de Connor et accompagner Tobias, au chant clair. Je prends tellement de plaisir à les voir jouer que je ne vois pas le temps passer. Alternant entre leurs deux albums, Hartsick et In Moment // In Memory, le quintette quitte la scène… pour mieux revenir après le rappel du public. C’est Feast For The Crows qui clôture le concert.

Je voudrais remercier School’s Out Production pour le Pass Photos et leur confiance. Les musiciens qui ont pris du temps pour mes interviews. Le Rock’n’Eat et son équipe merveilleuse. Et les « collègues » bienveillants et respectueux. Pour ma part, je retourne à Glasgow lundi pour deux semaines, et la première s’annonce déjà bien chargée en concerts… Wait and see!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.